Daniel Bernard Ile de Ré

Le Vieux-Port de La Rochelle, port historique de la ville

Le port historique de La Rochelle, aujourd’hui appelé Le Vieux-Port de La Rochelle a connu ses heures de gloire durant la guerre de Cent Ans et l’époque des Grandes Découvertes. Le port primitif de La Rochelle se situait au niveau du château de Vauclair, (la place de Verdun actuelle) et à l’entrée du chenal, seule la tour de la Lanterne commandait l’accès.

Mais ce port antique, inapte au trafic de marchandises, de la laine, du sel et du vin qui se développait et surtout par manque de tirant d’eau, un envasement important et l’impossibilité de manœuvrer correctement les embarcations, il fut décidé de construire un havre en aval, mieux adapté au commerce mondial qui se dessinait à l’horizon de la Renaissance.

Construit au XIIIe siècle, le Vieux-Port et ses tours médiévales ont donné l’occasion aux marins qui fréquentaient la ville de La Rochelle, de l’appeler « L’opulente forteresse. » Les trois tours : la tour Saint-Nicolas, la tour de la Chaîne et la tour de la Lanterne qui gardent majestueusement l’entrée du Vieux-Port sont réputées imprenables, c’est donc sous leur protection que l’intérieur de la ville va développer un commerce florissant.
La rue du Minage va être le lieu où l’on va peser les grains et le pastel, la rue des Cloutiers, la rue des Merciers vont participer aux échanges, au stockage de marchandises en attendant d’être acheminées vers les grandes foires européennes du Nord de l’Europe : Bruges et Anvers par les marins bretons de Penmarc’h qui transportent depuis Bordeaux, le vin de Saint-Emilion, celui des Graves et du Médoc ainsi que le pastel de Toulouse.
En effet, au XVIe siècle chaque automne après la Saint-Vincent, les carvelles bretonnes chargent le « claret » et « l’or bleu » sur les berges du port de la Lune à Bordeaux. Par manque de hangars de stockage dans la cité girondine, l’excédent de marchandises, notamment le pastel toulousain était acheminé par charrettes à bœufs vers les entrepôts sécurisés du Vieux-Port de La Rochelle. Là, la marchandise attendait plusieurs mois que les Bigoudens de Penmarc’h reviennent de leur voyage en mer du Nord.
Sans atteindre le niveau de charge exceptionnel du port de la Lune à Bordeaux, (plusieurs milliers de tonnes), c’était souvent par carvelles entières que le trafic du pastel reprenait dans le port de La Rochelle durant les mois de janvier et de février

À la suite du Siège de La Rochelle et de la reddition de la ville, Louis XIII ordonna la démolition des fortifications intérieures de la ville. Puis Louis XIV conseillé par Louvois, constatant que la ville était dépourvue de défenses, voulut raser la cité et combler son port. C’est le commandant des côtes entre Loire et Garonne, le maréchal de Lorges qui sauva La Rochelle en s’opposant au projet.

Au XVIIe et XVIIIe siècle, Le Vieux-Port de La Rochelle va devenir une ville phare du commerce triangulaire et colonial avec la traite des Noirs entre l’Afrique Noire, les Antilles, la Nouvelle-France et le vieux continent

Daniel Bernard Auteur Écrivain- La Rochelle

Daniel Bernard Auteur Écrivain- La Rochelle

 

 

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *