Daniel Bernard Ile de Ré

Le Phare de Ré est un journal hebdomadaire d’informations qui couvre l’ensemble des villages de l’île de Ré. La rédaction a son siège sur le port de Saint-Martin de Ré, au 15 quai Job Foran. Le premier numéro est paru le 2 juillet 1949, il coûtait 6 francs.

Le directeur de la rédaction et de la publication est Monsieur Thierry Verret.

Le Phare de Ré est considéré comme un journal « d’intérêt local ». Il publie les faits de la vie sociale, les avis de naissance, de décès, de mariage et les petites annonces.
Depuis quelques années l’abonnement au journal peut se faire en numérique ou en version traditionnelle papier.
En 1976, le journal est imprimé à l’encre verte sur fond blanc. Cela durera jusqu’en 1984. Ce n’est qu’en 1991 que la première, « la Une » sera imprimée en couleur.
Actuellement le journal est imprimé par IPS non loin de la ville du Mans.

Il ne faut pas confondre l’hebdomadaire avec Phare île de Ré. Cette dernière expression s’adresse aux phares de l’île de Ré et principalement le phare des Baleines, celui de Chauveau, de Chanchardon et les phares d’alignement pour entrer et sortir des ports : comme ceux de Saint-Martin, de La Flotte ou Rivedoux.
Haut de 57m le phare des Baleines doit son nom aux nombreux échouages des baleines à la pointe extrême de l’île de Ré où le phare est implanté.
La totalité des édifices du phare, les terrains et le mur d’enceinte ont été inscrits au répertoire des monuments historiques par un arrêté du 15 avril 2011. Le phare des Baleineaux et le phare des Baleines sont classés au titre des monuments historiques par arrêté du 23 octobre 2012.
L’escalier tournant compte 257 marches qui montent jusqu’à la lanterne au sommet. Le phare des Baleines a été automatisé en 2001. Son faisceau lance 4 éclats toutes le 15 secondes. Contrôlé depuis le port de La Rochelle et de La Pallice, sa portance est de 27 miles, soit 50 km visible depuis la mer.
Au début du XXe siècle, on dénombrait six gardiens. Deux veillaient au sommet et les autres restaient au pied du phare pour surveiller le bon fonctionnement des machines à vapeur qui alimentaient en électricité l’arc électrique de la lanterne.
Le phare de Chauveau face à la côte Sud de l’ile, au large de Rivedoux-Plage est l’unique phare en mer de la Charente-Maritime.
On peut l’atteindre à marée basse par grand coefficient de marée. Il est ancré sur le rocher à 1200m de la pointe de Chauveau. Sa taille imposante qui accuse 30m de hauteur, laisse apercevoir tout de même 27m au-dessus du niveau de la mer. Des gardiens étaient affectés à sa surveillance jusqu’en 1968, date à laquelle le phare de Chauveau fut automatisé. Il est inscrit au titre des monuments historiques depuis le 15 avril 2011.
Le phare de Chanchardon est un feu situé plus au large, à la suite des banches rocheuses de la pointe ouest d’Ars en Ré.

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *